lundi 31 janvier 2011

Lavage de Cerveau dans le Cursus Médical

Traduction de la réponse d'Alice Miller au courrier "Brainwashing in the medical training".


"Merci pour votre lettre pleine de bon sens. Je suis complètement d'accord avec vous et je partage vos inquiétudes. Vous écrivez: "Il y a beaucoup de même "état d'esprit", d'autoritarisme, d'utilisation d'humiliations et du "grade" pour non seulement faire "rentrer dans le rang" les nouveaux médecins, mais aussi nier, effacer ou considérer la véritable compassion comme étant pathologique dans le traitement du patient. Et la quantité de déni et de rationalisation qui se retrouve avec ça est vraiment étonnante." Et vous écrivez plus loin: "J'ai essayé (sans succès) d'en discuter avec d'autres professionnels de la santé, mais il semble que tout le monde a subis un lavage de cerveau qu'ils ne voient pas de problèmes inhérents avec leur éducation ou avec le système lui même. Je serais intéressée si quelqu'un avec des commentaires ou des expériences à ce sujet." Nous publions votre lettre ici dans l'espoir que d'autres médecins qui sentent le même inconfort que celui que vous décrivez vont partager avec nous des suggestions. Peut être que certains d'entre eux ont une idée sur comment les docteurs peuvent être encouragés à croire leur véritables sentiments et s'intéresser à l'histoire de l'enfance de leur patients. Mon opinion est que cela peut certainement réduire le montant des prescriptions de médicaments inutiles et parfois douloureux."

Version Originale:
"AM: Thank you for your thoughtful letter. I completely agree with you and share your concerns. You write: “There is a lot of the same "group-think", authoritarianism, use of humiliation and rank, to - not only "whip into shape" new doctors - but also negate, wipe out, or pathologize true COMPASSION in the treatment of the patient. And it is truly amazing the amount of rationalization and denial that occurs with this." And you write further: “I have attempted (without success) to discuss this with other health care professionals, but it seems that everyone has been so completely "brainwashed" that they see no inherent problems with their education nor with the system itself. I would be interested if anyone had any experience or comments on this."
We are publishing your letter here in the hope that other physicians, who also feel the same discomfort like the one you describe, will share with us some suggestions. Maybe, some of them have an idea about how doctors can be encouraged to trust their feelings and take interest in the childhood history of their patients. In my opinion, this could certainly reduce the amount of prescriptions of unnecessary and sometimes harmful medication."

Insondable

Traduction de la réponse d'Alice Miller au courrier "Unfathomable".

"Je sens votre gratitude et je peux la comprendre. Comment est-il possible que vous ayez travaillée déjà 10 ans sur votre "rétablissement" et personne ne vous a aidé à sentir la rage envers votre mère ? Son crime est insondable pour moi. Elle a voulu "donner une leçon à la petite fille de 3 ans" qui saignait parce qu'elle avait été pénétrée ? J'en entend beaucoup sur les cruautés des parents sont capables de faire, mais celle là dépasse les limites. Et comment est il possible que vous ne puissiez seulement maintenant sentir de la compassion pour cet enfant battu ? Heureusement vous pouvez. Je pense qu'une mère sans compassion a fait de votre enfance un enfer. Avez vous des amis qui peuvent vous tenir compagnie si vous décidez d'aller voir votre mère et lui dire comment vous vous sentez avec ce qu'elle vous a fait ? Dans tous les cas, vous avez besoin de vous le dire à vous même et de vous rebeller contre cette énorme folie. Je suis sur que vos symptômes vont disparaitres parce que vous sentez déjà de l'empathie pour l'enfant que vous étiez et vous voulez connaitre l'entière vérité. Vous allez alors certainement réussir."


Version Originale:

"AM: I do feel your gratitude and can understand it. How could it happen that you worked already 10 years ago on your "recovery" and nobody helped you to feel the rage toward your mother? Her crime is unfathomable to me. She wanted to "give a lesson to her three year old girl" who came bleeding because of being penetrated? I heard already much about cruelties that parents are able to perform but this one is beyond any limits. And how was it possible that you only now can feel compassion with this betrayed child? Fortunately, you can. I think that a mother without any compassion made your whole childhood a hell. Do you have a good friend who could give you company if you once decided to go to your mother and tell her how you feel about what she did? In any case you need to tell it to YOURSELF and to rebel against this enormous madness. I am sure that your symptoms will disappear because you feel already the empathy for the child you once were and you want to know the whole truth. You will thus certainly succeed."

Paranoia ?

Traduction de la réponse d'Alice Miller au courrier "Paranoia?".

"Faites confiance à vos sentiments et à vos pensées. Prenez les au sérieux. Cela arrive souvent que les gens qui lisent mes lives ne se sentent pas compris par les thérapeutes qui sont effrayés par la question de l'enfance. Vous êtes libre de poser des question et de tester les réponses reçues. L'enfant était effrayé des punitions, et quand elle a des doutes, l'adulte à le droit de tout remettre en question sans être puni. Vous doutes peuvent être essentiels, des messages très importants. Ecoutez les. Ils n'ont rien à voir avec de la paranoïa."

Version Originale:

"AM: Trust your feelings and your thoughts. Take them seriously. It happens quite often that people who read my books don't feel understood by therapists who are scared by the issue of childhood. You are free to ask questions and to test the received answers. The child was afraid of punishment, when she had doubts, the adult has the right to question EVERYTHING without being punished. Your doubts may be very essential, very important messages. Listen to them. They have nothing to do with paranoia."

Les Illusions Déguisées en Spititualité.

Traduction de la réponse d'Alice Miller au courrier "Illusions disguised as spirituality".

Le courrier comporte deux courriers et donc deux réponses, publiées ci-dessous. Il est fréquent que ce qu'on nomme thérapie n'est en fait que la répétition de la situation de dépendance infantile de l'enfant, que ce soit dans des groupes de soutient comme dans le cas de ce courrier ou dans les cabinets de psychothérapeutes et même dans le cas de nombreuses association dites d'aide ou humanitaires. Les véritables causes ne sont pas découvertes par peur des parents et cela conduit à accuser l'enfant (le patient) de tout ce qui lui arrive, exactement comme le font les parents qui remettent la faute sur l'enfant de tout ce qu'ils lui font, l'enfant étant vu comme étant la cause des maltraitances.

Première Réponse (la deuxième ci-dessous):

"Vous écrivez: Le but est de parvenir à une sobriété émotionnelle en externalisant les parents et en nous re-maternant avec de l'amour et la spiritualité. Que voulez vous dire par "spiritualité" ?"

Version Originale:
"AM: You write: The goal is to achieve emotional sobriety by externalizing the parents and to reparent ourselves with self-love and spirituality. What exactly do you mean by "spirituality"?"

Seconde Réponse:

"Merci de votre réponse; elle me parle plus parce que selon moi le mot "spiritualité" couvre dans la plupart des cas quelque chose qui n'est pas clair.
Dans votre concept, je ne vois pas le chemin pour grandir mais plutot la répétition et la continuation de la dépendance aux illusions des enfants. Mon expérience m'a donné un point de vue très différent sur la maladie et la guérison. Si vous avez assez de temps vous pouvez lire les lettres publiées ici et voir que grandir et guérir commence quand les anciennes victimes de maltraitances commencent à se confronter elles mêmes avec la cruauté de leur éducation sans illusions à propos de "l'amour"d'un plus grand pouvoir et sans se blâmer pour des projections. Elles se permettent de sentir leurs émotions authentiques sans restrictions morales et de cette façon deviennent éventuellement véritables avec elles mêmes. Si vous réussissez à lire les 12 étapes avec un esprit ouvert, librement, comme si c'était pour la première fois, vous allez facilement découvrir comment ils continuent de garder les ACA (NDT: Groupe d'Enfants Adultes d'Alcooliques) dans l'ancienne dépendance de l'enfant: peur, auto accusations et surmenage permanent. Une personne qui a finalement pleinement réalisée douloureusement qu'elle n'a jamais été aimée, peut, basée sur cette vérité, apprendre à aimer elle et son enfant. Mais une personne qui vit avec l'illusion qu'elle a été aimée par un pouvoir supérieur bien qu'elle ai manquée de sentir cet amour, va probablement se blâmer de l'ancienne façon pour son manque de gratitude et aura tendance à exiger l'amour de ses enfants. En faisant ça, elle mettre la faute sur le dos de ses enfants si ils ne se comportent pas de la façon dont elle le voudrait; elle va leur mettre la faute sur le dos, et en même temps avec le mensonge qu'elle l'a appris avec sa soi-disante guérison."

Version Originale:

"AM: Thank you for your reply; it is much telling to me because in my opinion the word "spirituality" is in most cases covering something that is not clear. In your concept I don't see the path to growing but rather the repetition and continuation of the child's dependency on illusions. My experience gave me a very different view into illness and healing. If you have enough time, you can read the letters published here and see that growing and healing begin when former victims of mistreatment start to confront themselves with the cruelty of their upbringing, without illusions about the "love" of a higher power and without blaming themselves for projections. They allow themselves to feel their authentic emotions without moral restrictions and in this way become eventually true to themselves.
If you succeed to read the 12 steps with an open mind, freely, as if it were for the first time, you will easily discover how they continue to keep the ACA in the former dependency of the child: fear, self-blame and permanent overstrain.
A person who has eventually painfully realized that she was never loved, can, based on this truth, learn to love herself and her children. But a person who lives with the illusion that she was indeed loved by the Higher Power, though she has missed to feel this love, will probably blame herself in the old manner for her lack of gratitude and will tend to demand the love from her children. By so doing, she will pass on the blame to her children if they don't behave in the way she wishes them to do; she will pass on the blame, together with the lie that she learned in her so-called recovery."

Le Viol Oublié

Traduction de la réponse d'Alice Miller au courrier "The forgotten rape".

"J'ai n'ai jamais entendu parler de fantasmes sexuels pervers qui ne soient pas les effets d'abus sexuels endurés dans l'enfance. Dans la plupart des cas, les causes sont niées ou déguisées mais vous semblez les voir clairement, heureusement. Une fois que vous pouvez sentir la rage contre vos parents pour les crimes que vous connaissez déjà, vous n'aurez plus besoin de fantasmes qui vous effraient autant. Mais maintenant vos parent n'ont plus de pouvoir sur vous. Sauf si vous leur donnez le pouvoir. Si vous ne le faites pas, vous pouvez sentir votre rage et vous libérer."

Version Originale:

"AM: I never heard about perverse sexual fantasies that were not the effects of endured sexual abuse in childhood. In most cases, these causes are denied or disguised but you seem to see them clearly, fortunately. Once you can feel the rage against your parents for the crimes you already know, you will not need the fantasies that scare you so much. In having them, you protect your parents from your rage and yourself from the truth. But now your parents have no longer power over you. Unless you give them the power. If not, you can feel your rage and liberate yourself."

Vendre les Idées d'Alice Miller

Traduction de la réponse d'Alice Miller au courrier "Selling the ideas of Alice Miller".

"Merci pour votre lettre et votre considération. Je ne pense pas qu'il est facile de vendre mes idées. Ou sont les clients ? Qui voudrait acheter la vérité à propos de leur propre éducation cruelle et de la souffrance endurée alors ? Je ne connais pas les livres que vous mentionnez, mais si vous connaissez un livre qui est totalement libre de conseils pédagogiques et moralisateurs, s'il vous plait faites moi connaitre ce titre."

Version Originale:

"AM: Thank you for your letter and your consideration. I don't think that it is easy to sell my ideas. Where are the buyers? Who would want to buy the truth about their own cruel upbringing and once endured suffering? I don't know the books you mention, but if you know of a book that is totally free of pedagogical and moralistic advice, please let me know its title."

Encore Depuis Beijing

Traduction de la réponse d'Alice Miller au courrier "From Beijing again".

"Il semble que vous ayez trouvé le bon thérapeute et vous pouvez aussi sentir la rage à propos de ce qui s'est passé pour la petite fille. Si vous pouvez sentir de l'indignation a propos de vos parents et de votre oncle sans vouloir les protéger, vous êtes sur la meilleure voie pour protéger l'enfant en vous qui a tellement souffert sans aucun témoin. Ce processus prend du temps, soyez patient et n'attendez pas de miracles de vous même. Van Winkle était aussi sur le chemin de la découverte de la dynamique de l'abus de l'enfant et ses effets mais j'ai l'impression qu'elle ne pouvait pas aller au bout de ce chemin, cherchant une réconciliation. Malheureusement, cela arrive trop souvent. Avez vous lu le livre "Notre Corps ne Ment Jamais ?""


Version Originale:

"AM: It seems that you found the right therapist and you can also feel the rage about what happened to the small girl. If you can feel indignation about your parents and the uncle without wanting to protect them, you are on the best way to protect the child in you who suffered once so much without any witness. This process takes time, be patient and don't expect miracles from yourself. Van Winkle was also on the path to discover the important dynamic of child abuse and its effects but I have the impression that she could not go to the end of this path, looking for reconciliation. Unfortunately, this happens to many. Have you read The Body Never Lies?"

Ou Puis Je Partager Mes Idées ?

Traduction de la réponse d'Alice Miller au courrier "Where can I share ideas?".

"Personne ne vous empêche d'envoyer le Drame à Spielberg ou à d'autres réalisateurs mais je pense qu'il est plus facile de faire des films pour des millions de dollars que de regarder sa propre histoire. Beaucoup de grand réalisateurs ont réussis à montrer brillamment la tragédie de leurs propres enfances encore et encore sans être capable de la sentir. A la place il s'en amusent et gagnent beaucoup d'admiration parce que c'est ce que la plupart des gens auraient souhaités faire."


Version Originale:

"AM: Nobody hinders you to send the DRAMA to Spielberg or to other filmmakers but I guess that it is easier to make films for millions of dollars than to look into one’s own history. Many great filmmakers succeed in brilliantly showing the tragedy of their own childhoods again and again without being willing to feel it. Instead they make fun of it and earn much admiration because this is what most people wish to have done."

Commentaire Personnel et Question

Traduction de la réponse d'Alice Miller au courrier "Personal comment and question".

Vous écrivez: "Je suis toujours en thérapie, j'ai tellement changée en seulement 4 mois, et j'aime la logique." Je suis sur que vous allez trouver votre propre réponse à ce que vous me demandez parce que vous aimez la logique.


Version Originale:

AM: You write: “I'm still in therapy, i have changed so much in just 4 months, and i love logic.” I am positive that you will find on your own the answer you ask me for because YOU LOVE LOGIC.

Question Personnelle

Traduction de la réponse d'Alice Miller au courrier "Personal question".

"Soyez patient avec vous même. Il semble que vous êtes sur le bon chemin parce que vous VOULEZ découvrir la vérité. Mais les doutes son normaux. Qui veut croire que ce qui était incroyable était bien réel ? Et que c'était fait à un petit être humain sans défenses ? Cela prend du temps à admettre la vérité et vous avez besoin de la compagnie d'un thérapeute qui ne va pas vous prêcher le pardon."


Version Originale:

"AM. Be patient with yourself. It seems that you are on the right path because you WANT to discover the truth. But the doubts are normal. Who wants to believe that what is incredible was indeed real? And was done to a small helpless human being? It takes time to admit the truth and you need the company of a therapist who will not preach you forgiveness."

Demande des Medias - Les Abus Sexuels des Enfants

Traduction de la réponse d'Alice Miller au courrier "Media request -- child sexual abuse".

"Je suis d'accord avec ce que vous avez écrit et je confirme que votre référence à mon travail est correcte. Les statistiques que vous citez (40-80%) sont peut être basées sur les rapports des auteurs qui nient qu'ils ont été des victimes. Si ils étaient conscients de leurs histoires, de la souffrance qu'ils ont du endurer dans leur enfance, ils seraient empathiques avec eux mêmes et respecteraient les autres enfants. Ils seraient incapables de les molester. C'est justement le déni de leurs souffrances qui les conduit à reproduire l'abus sur les autres. Et le même déni conduit les médias à utiliser ses statistiques soi disant scientifiques pour déguiser la vérité."


Version Originale:

"AM: I agree with what you have written and can confirm that your reference to my work is correct. The statistics you quote (40 - 80 %) may be based on reports of perpetrators who DENY that they have been victims. If they were aware of their histories, of the suffering they had to endure in their childhood, they would have been empathic with themselves and would also respect other children. They would be unable to molest them. It is exactly the denial of their suffering that drives them to take out the abuse on others. And the same denial drives the media to use the so-called scientific statistics in order to disguise the truth."

Etre Submergé

Traduction de la réponse d'Alice Miller au courrier "The overwhelm of it all".


"Merci pour votre courrier. Beaucoup de psychologues pensent que le Drame est "tout ce dont ils ont besoin". Ils semblent effrayés par mes livres les plus récents qui montrent l'histoire des maltraitances, la cruauté des parents et les effets du déni. Je vous souhaite le courage dont vous avez besoin pour découvrir la vérité de votre enfance. Quoique vous choisissiez de faire, ne prenez pas d'anti dépresseurs. Ils vont seulement vous empêcher de trouver les raisons de votre dépression."

Version Originale:

"AM: Thank you for your letter. Many psychologists think that the DRAMA is "all they need". They seem to be scared by my most recent books that show the histories of mistreatments, the cruelty of parents and the effects of denial. I wish you the courage you need to discover the truth of your childhood. Whatever you chose to do, don't take antidepressants. They will only hinder you to find out the reasons of your depression."

Apprendre à Détester

Traduction de la réponse d'Alice Miller au courrier "Teaching to hate".

"Vous écrivez: "Mon opinion est que les punitions corporelles nous apprennent la haine. Pas a être de meilleures personnes." Vous avez absolument raison, comme dans la plupart des déclarations que vous faites. Pourquoi dites vous que vous êtes stupide ? Il est évident que votre famille est stupide et vous refusez de voir ça, vous préférez ne pas le reconnaitre. Mais c'est vous qui devrez payer pour ce mensonge. Voulez vous le payer ?"

Version Originale:

AM: You write: "My opinion is that corporal punishment treats us to hate. Not to be better persons." You are absolutely right, as in most statements that you made. Why do you call yourself stupid? Obviously your family is stupid and you refuse to see this, you prefer not to acknowledge it. But it is you yourself who will have to pay the price for this lie. Do you want to pay it?

Chère Alice, Merci...

Traduction de la réponse d'Alice Miller au courrier "Dearest Alice, Thank you.....".

"Merci beaucoup pour votre courrier; cela montre combien vous avez souffert dans votre vie et certainement vu les autres souffrir aussi. Je pense que votre profession vous a fourni tout ce dont on a besoin pour comprendre pourquoi on devient criminel. Mais comme vous le dites, il y en a peu qui sont prêts à voir la vérité avec laquelle ils sont confrontés quotidiennement. Vous écrivez: "Mes cicatrices sont profondes mais pas sans compassion pour ceux qui les ont crées." Peut être allez vous moins souffrir quand vous abandonnerez la compassion pour ceux qui ont crées vos profondes cicatrices. Vous pouvez au moins essayer et voir ce qui va arriver. Et vous pouvez nous dire alors comment vous vous sentez. Avoir de la compassion pour ceux qui vous ont blessés, blesse votre corps et votre âme. Soyez honnêtes avec vous même. Vous avez certainement inconditionnellement besoin d'amour et de compassion - pour le petit enfant qui a tellement souffert sans être coupable - mais certainement pas pour les auteurs. Avec les leçons de morale que l'on a reçu dans l'enfance, c'est dur d'être émotionnellement honnête, mais ce n'est pas impossible - si vous osez connaitre votre histoire. Et vous semblez oser."


Version Originale:

"AM: Thank you very much for your letter; it shows how much you have been suffering in your life and certainly seen others suffer too. I think that your profession provided you with all that one needs to understand how people become criminal. But as you say, there are only few who are ready to see the truth, which they daily are confronted with. You write:
My scars are deep but not without compassion for those who created them.
Maybe you will suffer less when you give up compassion for those who created your deep scars. You can try at least and see what will happen. And you can tell us then how you feel. Having compassion for people who hurt you, hurts your body and soul. Be true to yourself. You certainly need unconditional love and compassion – for the small boy who suffered so much without being guilty – but not for the perpetrators. With the moral lessons we received as children, it is hard to become emotionally honest, but it is not impossible – if you dare to know your story. And you seem to dare."

Une Question

Traduction de la réponse d'Alice Miller au courrier "A Question".

Le courrier montre bien comme la personne qui écrit à été maltraité, comme les conséquences ne se sont manifestées qu'a l'âge adulte et comme elle n'a pas compris l'entière mesure des maltraitances subies (comme les passages à tabac de son père décrit dans le courrier et repris dans la réponse d'Alice Miller pour ensuite dire que ce n'était pas si horrible que ça).

Vous écrivez: "autour de cette période, mon père a commencé de se comporter agressivement. Sans raison apparente il devenait extrêmement en colère avec moi, me repoussait de ce que je faisais, m'emmenais à la maison, m'enfermait dans ma chambre après de sévères fessées (sur les fesses et les jambes) et ensuite me laissait là." Après vous écrivez: "Est-ce que je demande l'impossible ? Mon abus n'était pas comme l'horreur que vous décrivez dans vos livres ou dans les courriers de votre site web." (Alice Miller:Je ne suis pas d'accord avec vous), "Est-ce qu'il y a une possibilité que je puisse être amie avec mes parents sans me nuire ?". Ma réponse est non. Ce sera plus facile pour vous de comprendre ma réponse si vous lisez mon livre: "Notre Corps ne Ment Jamais".

Version Originale:

AM: You write: "around this time my father started behaving aggressively. For no apparent reason he would become extremely angry with me, jerk me away from what I was doing, take me home, lock me in my room after a severe spanking (buttocks and legs) and then leave me there. Then you write: Am I wanting the impossible? My abuse was not like the horror you describe in your books or in the letters on your website" (AM: I DON'T AGREE WITH YOU), "is there a possibility that I can be friends with my parents without harming myself?" My answer is NO. It will be easy for you to understand my answer if you read my book: The Body Never Lies.

Relation Douloureuse

Traduction de la réponse d'Alice Miller au courrier "Painful relationship".

"Pourquoi avez vous besoin d'une relation qui vous fait souffrir et avec un homme qui vous dit déjà qu'il aimerait frapper ses enfants dans le futur ? Est-ce qu'il vous rappelle quelqu'un que vous avez connu dans votre enfance ?"


Version Originale:

"AM: Why do you need a relationship that makes you suffer and with a man who already tells you now that he would like to spank his children in the future? Does he remind you of anybody you knew in your childhood?"

Pourquoi Je Reste Silencieux

Traduction de la réponse d'Alice Miller au courrier "Why I remain silent".

Le courrier et la réponse montrent bien pourquoi l'on évite de réagir lorsque l'on est maltraités: par peur des représailles et des souffrances qui en résulteraient.

"Alors vous avez trouvé la raison pour laquelle vous ne réagissez pas quand vous êtes maltraités; vous avez peur d'être encore plus agressés. Mais pourquoi vous sentez vous honteux ? Vous n'êtes pas coupable, ce sont eux; Ils devraient être honteux de vous traiter si méchamment. Cependant vous écrivez: "Je me sens surpris, honteux et en colère quand elle fait ça, et aucun mot ne sort de ma bouche. Bien sûr c'est mon problème de me sentir honteux. C'est comme ça que je me sentais quand j'étais enfant et que mes parents me critiquaient, (ce qui était constant) - honteux. Si je disais quelquechose pour me défendre, ils avaient alors une ou plusieurs de ces réactions: me faire de plus forts reproches, des propos méprisants, de la violence physique ou des menace de me faire ça. Après on m'évitait, me parlait à peine et on me regardait avec dégout. J'ai finalement arrêté d'essayer de parler pour moi." C'était ce que vous faisiez lorsque vous étiez un enfant en danger. Mais maintenant vous n'êtes plus un enfant en danger. Vous pouvez utilisez des mots pour exprimer vos sentiments de colère. Si quelqu'un devient en colère contre vous parce que vous avez été honnête, c'est sa colère, pas la votre, c'est à eux de gérer leurs sentiments. Si vous allez vers la suppression de vos sentiments, vous éviterez aux autres votre vérité, vos véritables réactions, alors vous accumulerez votre colère, comme je l'ai déjà écrit, et vous risquez de devenir malade. Je vous souhaite d'avoir le courage dont vous avez besoin pour prendre au sérieux vos sentiments et rester honnête."


Version Originale:
"AM: So you found the reason why you don't react to being treated badly; you are AFRAID of then being assaulted even more. But why do you feel ashamed? You are not guilty, it is them; THEY should be ashamed of treating you so badly. However you write: “I feel surprise, shame and anger when she does this, and no words come out of my mouth. Of course it's my problem that I feel shame. This was how I felt when I was a child and my parents criticized me, (which was constantly) – ashamed. If I said something to defend myself, they would have one or a combination of these reactions: screaming more criticisms at me, contemptuous comments, physical violence or the threat of it. Afterwards I would be shunned, hardly spoken to and looked at with disgusted eyes. I eventually stopped trying to speak up for myself.” This was what you did as a child in danger. But now you are not a child and not in danger. You can use words to express your feeling of anger. If somebody becomes angry at you because you were honest it is THEIR anger not yours, it is up to them to deal with their feelings. If you go on to suppress your feelings, so you can spare others your truth, your true reactions, you will accumulate your anger, as I wrote before, and you risk to eventually become ill. I wish you the courage you need to take your feelings seriously and stay honest."

Le Tabou le Plus Féroce

Traduction de la réponse d'Alice Miller au courrier "The Fiercest Taboo".


"Je suis désolée que votre lettre très importante ait été perdue et merci de l'avoir renvoyée. Elle est très touchante et montre ce dont probablement des millions d'enfants souffrent sans jamais n'être capables de mettre des mots dessus. Vous écrivez: "Elle m'a dit des centaines de fois, peut être des milliers, de ne pas faire une montagne d'une taupinière. J'ai appris à faire de chaque horreur drastique un tout petit point noir que je pourrais avaler et cacher de tout le monde. J'ai appris à faire des taupinières à partir de montagnes." Oui, beaucoup font la même chose et payent cela avec de sévères maladies et l'aveuglement, qui les font aussi devenir des mères hypocrites. Il est si terrible que votre mère ai voulue que vous aimiez votre monstre de père qui vous a maltraitée sexuellement et physiquement pendant des années, parce que "qui d'autre l'aimerait sinon ?" C'est plus que de la simple hypocrisie, c'est un crime multiple parce qu'il tue l'émotion véritable d'un enfant et apporte à son cerveau une confusion qui pourrait durer tout sa vie. Heureusement, vous vous êtes échappée de ce destin; vous semblez voir clairement maintenant ce que votre mère a fait. Cela va sauver votre vie, je pense. Félicitations !"


Version Originale:

"AM: I am very sorry that your very important letter was lost and thank you for having sent it again. It is deeply moving and shows what probably millions of children have to suffer, but never are able to put into words. You write: “She told me hundreds of times, maybe thousands of times, not to make a mountain out of a molehill. I learned to make every drastic horror into a very small black dot that I could swallow and hide from everyone. I learned to make tiny molehills out of mountains.” Yes, so many do the same, and they pay for doing so with severe illnesses and blindness, which make them hypocritical mothers too. It is so terrible that your mother wanted you to love the monster of your father, who mistreated you sexually and physicly over many years, because "who else would love him?" This is more than simple hypocrisy, it is a multiple crime because it kills the true emotions of a child and it brings to her brain a confusion that could last her whole life. Fortunately, you escaped this fate; you seem to see clearly now what your mother has done. This will save your life, I think. Congratulations!"

vendredi 7 janvier 2011

Utiliser la Rage pour Comprendre

Traduction de la réponse d'Alice Miller au courrier "Using the rage to understand".

"Vous écrivez: "Parfois je ne parle pas aux gens qui m'ont blessés parce que je suis submergé par la rage et l'anxiété que je sais ne pas avoir leur place dans la situation présente." Mais vous dites qu'ils vous ont blessés, et c'est réel. Pourquoi ne parlez vous pas ? La rage est une source d'informations. Si vous n'utilisez pas cette information et que vous entravez sa compréhension, vous allez toute votre vie accumuler de plus et plus de rage. Essayez de comprendre ce qui vous met en colère dans le temps présent."

Version Originale:

"AM: You write: "Sometimes I don't speak up to people who've hurt me because I'm overwhelmed by rage and anxiety that I know don't belong in the present situation." But you say that they hurt you, and this is real. Why don't you speak up? The rage is a source of information. If you don't use this information and hinder yourself to understand it, you will all your life accumulate more and more rage. Try to understand what makes you angry in the present time."

Dire la Vérité

Traduction de la réponse d'Alice Miller au courrier "Speaking the truth".

Dans le courrier, la mère demande son avis à alice miller sur le fait d'avoir dit à sa fille que son père peut l'aimer mais que ne pas être présent (le père ayant fait le choix de ne pas voir sa fille) n'était pas une preuve d'amour et cite un conseil lui disant qu'elle aurait mieux fait de la laisser arriver à ses propres conclusions (probablement après des années) qu'il n'était pas fiable mais la mère dit qu'elle pense que nombre de désirs, d'espoirs et de déceptions serait arrivés avant d'en arriver à cette conclusion et qu'elle veut lui éviter de chagrins inutiles.

"Je pense que vous lui avez dit la vérité et que la vérité lui ai été dite est toujours mieux que d'être nourri avec des illusions et des mensonges parce que cela va lui donner la force de plus tard connaitre sa vérité et de la supporter."

Version Originale:

"AM: I think that you told her the truth and being told the truth is always better than being fed with illusions and lies because this will give her the strength to later acknowledge her truth and to bear it."

L'Engourdissement dans le Corps

Traduction de la réponse d'Alice Miller au courrier "Deadness in the body".

"Habituellement, nous ne publions pas de poèmes ici, mais votre texte est une description encourageante d'un état que beaucoup de lecteurs de cette page connaissent, l'état d'un enfant abandonné - isolé - qui ne peut pas sentir parce que personne n'est ici. Merci pour ce poème puissant."

"Version Originale:

AM: Usually, we don't publish poems here, but your text is a moving description of a state that many readers of this page certainly know: the state of an abandoned - UNTOUCHED - child who can't feel because nobody is there. Thank you for this powerful poem."

Se Souvenir et le Deuil

Traduction de la réponse d'Alice Miller au courrier "Remembering and Grieving".

"Je suis d'accord avec vous. Nous Tous [NDT: A.Miller confirme le questionnement et la réponse de l'auteur du courrier qui pose la question de savoir combien de ceux qui commettent des actes de violences tous les jours ont été battus dans leur enfance sans être en mesure de le prouver ]. Mais il y en a cependant certains qui veulent savoir et cela fait une grosse différence. J'espère plus les gens veulent savoir, plus il sera facile de casser le mur du silence et des mensonges. Mais peut être que cela nécessitera des siècles parce que les millions d'enfants qui sont battus aujourd'hui vont devenir des "battants" et vont prêcher la "discipline" demain, sans en voir la fin."

Version originale:

"AM: I agree with you. ALL OF THEM, all of US. But there are however some who want to know, and this makes the big difference. I hope that the more people want to know, the easier it would be to break down the wall of silence and lies. But maybe this would need centuries because the millions of children who are being beaten today will grow up as "beaters" and go on to preach "discipline" tomorrow, without a visible end."

Votre Travail

Traduction de la réponse d'Alice Miller au courrier "Your work".

Alice Miller parle dans sa réponse de l'interdiction de reconnaitre ce que l'on a subis, ce que nos parents nous ont fait, notre vérité. On préfère ne pas le savoir pour ne pas avoir à se confronter à nos parents qui nous ont tellement effrayés quand on était encore que des petits enfants parce qu'on a encore très peur d'eux et de leurs maltraitances qu'ils nous faisaient subir si on osait les remettre en question, remettre en question et reconnaitre ce qu'ils nous faisaient.
"Merci de votre courrier. Je pense que même les nouvelles méthodes qui reconnaissent les nombreux traumatismes endurés dans l'enfance sont incapables d'aider si elles ne peuvent encourager les clients à voir clairement qu'ils n'ont pas seulement été soumis à certains traumatismes mais ont vécus enfants durant des années dans l'impuissance sans "témoins éclairés", dans un climat d'une insupportable terreur. C'est seulement si nous les thérapeutes pouvons supporter cette connaissance que nous pouvons aider les survivants de ces crimes à se rebeller contre eux, à arrêter de protéger leurs parents de la rage et de les libérer des sentiments de culpabilités qu'ils ont portés en eux comme un fardeau, ils ont payés pour cela avec d'innombrables maladies. Si vous lisez mon plus récent article et les autres articles sur ce site vous comprendrez pourquoi mes articles ne sont pas connus en Floride ou ailleurs. Qui veut vraiment savoir ce que Papa ou Maman ont faits ? Les thérapeutes ne veulent pas le savoir non plus. La plupart d'entre eux empêchent leurs clients de reconnaitre la vérité. Ils ne veulent pas etre ennuyés avec mes livres parce que ces livres les confrontent à leur propre histoire. Ils ne sont pas nombreux à rechercher cette confrontation comme vous le faites. La plupart d'entre eux préfèrent rester "les aidants" sans connaitre leur histoire. Mais cela ne fonctionne pas je suppose. Le corps se rebelle à la fin."

"AM: Thank you for your letter. I think that even new methods that already do acknowledge the many traumas endured in childhood are still unable to help if they can't encourage the clients to clearly see that they were not only submitted to some traumas but lived for MANY, MANY YEARS as helpless children without ‘knowing witnesses,’ in a climate of an UNBEARABLE TERROR. Only if we as therapists can bear this knowledge can we help the survivors of these crimes to REBEL against them, to stop to protect their parents from their rage and to liberate themselves from the feelings of guilt they instead burden on themselves; they paid for this with countless illnesses. If you read my most recent article and other articles on this site you will understand why my books are not known in Florida or elsewhere. Who wants to know what Daddy or Mom really have done? The therapists don't want to know it either. So many of them prevent their clients from acknowledging the truth. They don't want to be bothered with my books because these books confront them with their history. There are not many who are seeking this confrontation as you obviously do. Most prefer to stay the "helpers" without knowing their history. But this actually doesn't work, I suppose. The body rebels at the end."

Un Cas A Mexico

Traduction de la réponse d'Alice Miller au courrier "A case in Mexico".

"Merci de votre lettre. Vous écrivez "Vos livres devraient nous être donnés à l'hopital quand nous emmenons nos enfants à la maison. Mais je comprend combien cela doit sembler menaçant à certaines personnes. Spécialement parce que l'on ne sait pas quoi faire alors, je veux dire si nous n'utilisons pas la force, comment pouvons nous "contrôler" les enfants. Au mexique c'est une question très importante, nous sentons que nous devons avoir le contrôle des sans défenses."
Pourquoi devrions nous avoir le contrôle des sans défenses ? Seulement parce qu'on l'a appris de nos parents. Et la religion est d'accord avec ça. Si nous osons voir les crimes qui viennent de ce contrôle, nous ne nous sentons plus impuissants et nous voyons que nous pouvons beaucoup changer, énormément: nous pouvons changer cette mentalité et laisser les modèles de nos parents derrière nous."

Version Originale:
"AM: Thank You for your letter. You write: Your books should be given to us in the hospitals when we take our babies home. But I understand how threatening to some people they might seem. Especially because we don't know what to do then, I mean if we don't use physical force, how can we "control" kids. In Mexico, this is a very important issue, we feel we must have control over the defenseless."
Why should we have control over the defenceless? Only because we learned this from our parents. And the religion agrees with this. If we dare to see the crimes that come from this control, we no longer feel helpless and see that we CAN change MUCH, very much: we can change this MENTALITY and leave the patterns of our parents behind."

Remerciements

Traduction de la réponse d'Alice Miller au courrier "Thank You".

"Vous écrivez que vous vouliez lire mes autres livres et je me demande ce que vous allez nous écrire ALORS. Vous père vous a peut être permis de voir comme votre mère vous a traitée et ce fut absolument important pour votre vie ultérieure. La plupart des enfants ne peuvent même pas voir l'injustice. Mais votre père ne vous a pas sauvé des maltraitances et ils vous a terriblement effrayée avec sa violence. Je vous souhaite le courage de voir aussi combien vous avez souffert de lui. Peut être que ces articles sur ce site peuvent vous aider."

Version Orignale:

"AM: You wrote that you wanted to read my other books and I wonder what you will write us THEN. Your father might have enabled you to see how your mother has treated you and this was absolute important for your later life. Most children can't even see the injustice. But your father didn't save you from the maltreatment and he scared you terribly with his violence. I wish you the courage to see also how you suffered from him. Maybe my articles on this site can help."

La Liberté et le Deuil

Traduction de la réponse d'Alice Miller au courrier "Freedom and mourning".

"Il est normal que la liberté ne puissent rester pour toujours et que nous ayons des momentsqui nous rappellent notre passé; mais nous serons mieux équipés pour faire face avec les anciens souvenirs aussi tôt que nous connaissons la douleur de notre enfance. Une fois que vous avez appris à prendre soin de votre enfant, vous serez capable de la laisser sentir les vieilles peurs et en même temps de la protéger et de trouver la solutions aux conflits dans le présent. Alors la liberté va revenir. Mais vous ne voudrez plus jamais vivre sans votre histoire; aussi ces souvenirs auront toujours accès à votre esprit - si ils ont besoin de trouver cet accès. Comme vous le montrez, vous ne pouviez pas prévenir le groupe de thérapie de vouloir vous abuser, mais vous étiez assez forte pour réaliser ce qui s'est passé et partir. L'enfant en vous a la liberté de sentir et l'adulte que vous êtes devenus maintenant peut protéger l'enfant en prenant des mesures."

Version Originale:

"AM: It is normal that freedom can't stay forever and that we will have moments when we may be reminded of our past; but we will be better equipped to deal with the old memories as soon as we know the pain of our childhood. Once you have learned to care for your child, you will be able to let her feel the old fears and at the same time to protect her and find the solution to conflicts in the present. Then freedom will come back. But you will never again want to live without your history; thus memories will still have access to your mind – if they need to find this access. As you show: you could not prevent the therapy group and the therapist from wanting to abuse you, but you were strong enough to realize what happened and to leave. The child in yourself had the freedom to feel, and the adult you have become now could protect the child by taking the action."

Encore De l'Enfant Eclairé

Traduction de la réponse d'Alice Miller au courrier "From Luminous Child again".
"N'est-ce pas merveilleux de voir que vous êtes capables d'être en contact avec vous même, votre véritable moi, l'enfant en colère qui a attendu si longtemps d'être entendu et compris ? Maintenant votre moi adulte est entré dans la prison de cet enfant et dit: "Tu est en sécurité, tu peux me parler, tu as beaucoup de raisons d'être enragé, je vais les écouter et te protéger pour que quelque chose comme ça ne t'arrive plus jamais. Tu a survécu à un enfer et tu a besoin de me dire comment tu te sens, les mots viennent maintenant, quel soulagement!!! Si tu reste silencieux ces sentiments de haine peuvent t'empoisonner mais pas quand tu en parle et que tu les partage avec moi."
Je vous fécilite de votre succès. C'est certainement douloureux de voir la vérité et de sentir la haine mais ce n'est pas dangereux, c'est libérateur. Vous vous en apercevez bientôt."

Version Originale:

"AM: Isn't it wonderful that you were able to meet yourself, the real you, the angry child that has waited for so long to be heard and understood? Now your adult self came into the prison of this child and said: "You are safe, you can talk to me, you have plenty of reasons to be enraged, I will listen to them and protect you so that never anything like that can happen to you again. You have survived a hell and you need to tell me how you feel, the words are coming now, what a relief!!! If you stay silent these feelings of hate may poison you but not when you are talking and sharing them with me."
I congratulate you to your success. It is certainly painful to see the truth and to feel the hatred but it is not dangerous, it is liberating. You will see it soon."

Questionnements au Sujet de la Famille

Traduction de la réponse d'Alice Miller au courrier "Questioning the family".

"Vous écrivez: "Dans la famille tradionnelle les enfants appartiennent à leurs parents, qui ont le pouvoir légal sur eux. Les enfants sont isolés du reste de la société; ils doivent respecter leurs parents, quoi que les parents fassent, ils doivent obéir à leurs parents et leur être dévoués. Et les parents, souvent avec l'aide de l'état peuvent faire quasiment tout ce qu'ils veulent pour maitriser leurs enfants; ils peuvent utiliser toute la gamme de tortures physiques et mentales contre leurs enfants."
Vous avez certainement raison mais pourquoi ne seriont nous pas capables de changer les modèles de la famille à la place de rejeter la famille dans son ensemble ? Et que suggérez vous à la place de l'institution familiale ? Un enfant a besoin d'un père et d'une mère mais bien sûr il n'a pas besoin d'hypocrisie, d'abus, d'exploitation et de terreur. Nous devons travailler à devenir des parents éveillés pour que la famille deviennent un lieu de sécurité, de vérité, d'amour et de véritable communication. Nous ne pouvons pas le faire par des jolis mots mais en informant les parents qu'ils déguisent la brutalité qu'ils ont endurés étant enfant en la niant et en la répétant négligemment sur leurs enfants. De cette façon ils protègent leurs parents et produisent encore des gens violents, encore et encore. Je suis d'accord avec vous que les familles basées sur ce système sont la source de la violence dans notre société et je fais ce que je peux pour rendre ça visible."

Version Originale:

"AM: You write: “In the traditional family the children belong to their parents, who have legal power over them. The children are isolated from the rest of society; they have to respect their parents, regardless of what the parents actually do, they have to obey their parents and to be loyal towards them. And the parents, often with the help of the state, can do almost everything to subdue their children; they can use the whole range of physical and mental tortures against their children.
You certainly are right but why shouldn't we be able to change the patterns of the family instead of rejecting family altogether? And what do you suggest instead of the institution family? A child needs a mother and a father, but of course they don't need the hypocrisy, the abuse, the exploitation and the terror. We must work on enlightening parents so that families become the place of safety, truth, love and honest communication. We can't do this by writing nice words but by informing parents that they disguise the brutality they endured as children by denying it and repeating it carelessly on their children. In this way they protect their parents and produce violent people, again and again.
I agree with you that families based on this system are the source of violence in our society and I do what I can to make this visible."

Appel Aux Traducteurs Bénévoles

Je lance un appel à ceux qui peuvent traduire des documents bénévolement du site d'alice miller dans une autre langue qui n'est pas disponible sur son site, pour les publier sur ce blog dédiés aux traductions et/ou sur votre propre site si disponible.

La plupart des articles et documents sur son site (sauf les courriers et les réponses des lecteurs) sont traduits dans les 3 langues de son site (Anglais, Allemand et Français).

J'ai déjà traduit et publié sur ce site la plupart des articles et documents en Anglais qui n'étaient pas disponibles aussi en Français sur son site et certains articles et réponses aux courriers des lecteurs ont été traduits dans son dernier livre.

Même la traduction d'un seul article, même court permettrait de faire mieux connaitre son travail qui apporte de l'aide et du soutient à de nombreuses personnes et contribuerait à rendre le monde moins violent, moins cruel et moins injuste. N'hésitez pas à faire passer le message à des gens qui pourraient être intéressés.

Pour me contacter à ce sujet et vérifier que les traductions ne soient pas déjà disponibles:

samedi 1 janvier 2011

A Propos de Freud


Voici les documents sur le site d'Alice Miller parlant de Freud avec les extraits correspondants, mais ses livres contiennent aussi beaucoup d'explications sur Freud et comment au début il avait compris la vérité sur l'origine des souffrances adultes (les "névroses") résultant systématiquement d'un abus (sexuel) commis sur l'enfant et comment ensuite il a cru bon de renier cette découverte, expliquant que ce n'était pas généralisé mais seulement très rare. Ce qui était en fait très rare n'était pas les abus sexuels très répandus mais le fait de s'en apercevoir, comme lui même s'en était aperçu au début :




"Qu'est-ce qui ne va pas dans la façon dont la psychanalyse est pratiquée actuellement ? Pourquoi avez-vous été exclue de l'Association psychanalytique ?

On ne m'a pas exclue de l'Association psychanalytique; c'est moi qui me suis écartée d'une école après l'autre à mesure que m'apparaissaient clairement le traditionalisme de leur point de vue et leur refus de prendre en compte la souffrance de l'enfant ; En fin de compte j'ai dû reconnaître que de ce point de vue, la psychanalyse ne constitue pas une exception. La manière dont Freud a utilisé le mythe d'Œdipe est très significative.

Là apparaît clairement la tendance générale, qui est de mettre l'enfant en accusation et de protéger les parents. De toute évidence, Freud semble avoir oublié que Œdipe a d'abord été la victime de ses parents et qu'il a été poussé par eux dans le rôle du "pêcheur". Ses parents l'ont abandonné alors qu'il était un tout petit enfant. Il est très éclairant de lire la véritable histoire d'Œdipe. Vous pourrez aussi la trouver sur mon site dans un article en allemand de Thomas Gruner.
En ce qui concerne la façon dont la psychanalyse est pratiquée actuellement, je pense que la protection des parents est assurée par un certain nombre de règles, comme par exemple la neutralité exigée du thérapeute (au lieu du parti pris en faveur de l'enfant victime), tout comme l'importance accordée aux phantasmes (au lieu de la confrontation avec la réalité de l'éducation cruelle que le client a reçue). Vous trouverez également sur mon site mes articles les plus récents sur ces questions."

"AM: Cela ne m'étonne pas que la psychanalyse ne peux pas vous aider lorsque que vous savez maintenent avec certitude que vous étiez une victime d'inceste. Cela ne doit pas exister du tout pour les psychanalysts car Freud a établi il y a 100 ans que tous les raports de ces genres doivent être interpretés comme des phantasmes. Si un analyste est fidèle a Freud il ne peut pas faire plus que se taire et attendre la permission de l'Association de prendre le coté de l'enfant victime au lieu de defendre l'innocence des parents. Mais une telle permission n'existe pas encore. Ce n'est que Freud seul pourrait la donner mais il est mort.
La plupart des gens ne sont pas sûr si l'incete a eu lieu vraiemant, ils prefèrent croire qu'ils se trompent, alors la psychanalyse peut les aider de travailler sur les doutes pendant des années et se culpabiliser. S'ils prennent les antidepresseurs il est moins probables qu'ils trouvent l'acces à leur vérité. Enfin tout le monde est arrangé: les parents restent les personne honorables, l'analyste reste fidèle à Freud, et le patient prend les médicament pour vivre "bien" avec ses "phantasmes" jusqu'au moment ou le corps recommance à se révolter.
Votre insomnie montre que votre corps a compris plus vite que votre intellecte tout cela que j'ai essayé de vous expliquer ici. Il ne faut pas pouvoir "bien supporter le silence", pas du tout. Il ne faut pas prendre des médicaments contre la depression, il faut chercher à comprendre les raisons de cette depression dans la SOFFRANCE de la propre enfance. Il ne faut jamais encore plus brouiller cette réalité avec les médicaments! Lisez ma liste FAQ si vous voulez entammer une thérapie avec un témoin éclairé. Lisez mon dernier livre "Notre corps ne ment jamais" et mes derniers arrticle sur ce site. Si vous m'avez écrit cela veut dire que vous avez le courage qu'il vous faut pour poser vos questions avant de vous engager avec un nouvaux thérapeute. Bon chance!"



" Il y a plus de 100 ans, en accusant explicitement l'enfant et en protégeant les parents, Sigmund Freud s'est soumis sans réserves à la morale dominante. Il en fut de même pour ses continuateurs. Dans mes trois derniers livres, j'ai mis l'accent sur le fait que la psychanalyse s'est davantage ouverte à la réalité des mauvais traitements et des abus sexuels dont les enfants sont victimes, et qu'elle s'efforce d'intégrer ces données dans son élaboration théorique, mais que le respect du Quatrième Commandement fait malheureusement bien souvent échouer ces tentatives. Le rôle des parents dans l'apparition des symptômes chez l'enfant continue à être édulcoré et dissimulé. Ce qui nous est présenté comme une extension du champ de perception de la majorité des thérapeutes a-t-il réellement modifié leurs convictions profondes, je ne saurais en juger, mais la lecture de leurs publications me donne l'impression que la réflexion sur la morale traditionnelle n'a pas encore eu lieu. Le comportement des parents continue à être défendu non seulement pour ce qui est de leurs actes, mais aussi dans la production théorique. C'est ce que m'a confirmé la lecture du livre d'Eli Zaretsky ("Secrets of the Soul", Knopf 2004), une histoire complète de la psychanalyse jusqu'à aujourd'hui (qui n'aborde pas du tout la question du Quatrième Commandement). Voilà pourquoi, dans "Notre corps ne ment jamais", j'ai accordé une place assez marginale à la psychanalyse."



"Comment avez-vous été personnellement amenée à la certitude que la maltraitance est la principale source de la violence humaine ?

Par mes patients, j'ai peu à peu acquis la certitude que les blessures subies pendant l'enfance se transforment à l'âge adulte en destructivité.

Pourquoi, au départ, vous êtes-vous orientée vers la psychanalyse ?

Quand j'ai commencé à étudier la psychanalyse, je ne savais pas tout ce que je sais aujourd'hui. J'espérais trouver les réponses aux questions que je me posais. Et j'ai trouvé beaucoup de réponses en étudiant les concepts de refoulement, le déni et l'obsession de répétition. Mais la réponse à la question sur les racines de la violence, il m'a fallu la trouver toute seule, et contre le dogme freudien sur le mal inné.

Combien de temps l'avez-vous exercée ?

J'ai exercé la psychanalyse pendant vingt ans.

Pour quelles raisons y avez-vous renoncé et avez-vous été amenée à la critiquer ?

Peu à peu, je me suis rendu compte que les questions que je me posais étaient inquiétantes pour mes collègues et que je ne pouvais pas en discuter avec eux. Moi, j'étais de plus en plus convaincue que mes patients avaient subi des enfances très malheureuses, mais qu'ils ne pouvaient pas admettre cette vérité. Ils idéalisaient leurs parents et se cachaient la vérité à eux-mêmes aussi bien qu'à moi. Quand je voulais parler de cette question avec mes collègues, on m'assurait toujours que je me trompais, parce que Freud avait dit qu'il fallait traiter comme des fantasmes tout ce que le patient raconte.

La "pulsion de mort" à laquelle on se réfère souvent pour expliquer la violence est-elle pour vous une réalité ?

Non, la pulsion de mort, comprise comme un instinct humain, n'est pas du tout pour moi une réalité. Je pense qu'on peut éviter la destructivité si on traite les enfants dès le début avec respect, amour et protection.

Votre condamnation de la psychanalyse est-elle totale ?

Au début, j'étais très indignée par le constat que la psychanalyse a rendu compte de la maltraitance de l'enfant d'une façon pour moi très surprenante.
Mais, comme je l'ai dit auparavant, j'ai aussi beaucoup appris de la psychanalyse."

"5. Une enquête américaine a trouvé récemment que les enfants battus présentent un QI inférieur à la normale. De même, les recherches actuelles sur le cerveau ont prouvé que les centres nerveux responsables de l'empathie sont endommagés lors d'un choc survenu au cours des trois premières années. Depuis 30 ans vous écrivez dans vos livres qu'il est extrêmement dommageable de frapper les enfants – contre l'opinion de la société pour qui "une petite fessée ne fait pas de mal". Comment avez-vous découvert cela déjà à cette époque?

Pendant 20 ans j'ai écouté mes patients comme psychanalyste mais sans les "œillères de Freud" et j'ai constaté, stupéfaite, qu'ils avaient TOUS été des enfants maltraités. Adultes, non seulement ils le nient mais de plus ils prennent la défense de leurs parents contre TOUT reproche. Ce mécanisme m'avait beaucoup préoccupée à cette époque. Je lisais des biographies des personnes célèbres pour continuer mes recherches et presque sans exception je trouvais partout le même modèle : un déni total de sa propre souffrance subie dans son enfance, non seulement chez les tueurs en série et dictateurs mais aussi chez des artistes, écrivains et philosophes. Plus tard j'ai démontré ce mécanisme dans mes livres C'est pour ton bien et Notre corps ne ment jamais . "


"11) Depuis il est apparu que cette supposée invention n'était pas du tout vérifiée scientifiquement. Pourquoi s'est-elle propagée dans cette mesure ?

Justement parce qu’il s'agit du REFUS de la vérité. Une telle attitude est bienvenue partout.. L'action de cette fondation est en train de se faire connaître avec un certain succès en Allemagne et en France. Cela fait penser à l'époque où Sigmund Freud a enterré sa découverte de l'abus sexuel, et l'a remplacée par le complexe d'Oedipe, afin de pas avoir à craindre son père qui "avait probablement fait partie des pervers" (citation d'après Freud, dans mon livre L’enfant sous terreur). "

Le livre à pour sous titre "des abus réels aux pseudos fantasmes" et relate à partir des archives des correspondances de Freud comme celui ci à finalement nié sa propre découverte des abus réels commis sur les enfants pour "coller" à la mentalité de l'époque. Il est indiqué que ce livre été édité dans les années 1980 en france pour la premiere fois et qu'il a été tout de suite jeté aux oubliettes, contrairement à de nombreux pays ou ça a permis un début public sur la psychanalyse.





A voir aussi sur les thérapies: